RSS
 

Archive for août, 2014

Des forêts et des âmes sur Action suspense

05 août

« Après la belle réussite de son cinquième titre, “Le cimetière des chimères” (2013), Elena Piacentini n’avait pas le droit de décevoir son public. Elle est certainement consciente de cette exigence. Une manière de ne pas se répéter consiste à changer d’ambiances. On va donc s’éloigner de la métropole lilloise, non pas en direction de la Corse natale de Leoni, mais vers les Vosges. Dans ces paysages de vallées et de forêts, le climat serait apaisant si l’on n’y commettait aussi quelques crimes. Bien qu’elle nous décrive la réelle beauté des lieux, l’auteure ne s’appesantit pas sur de redondants clichés. Par exemple, on dessine une fois pour toutes le village ou le bâtiment du Centre de soins Anna-Demange. À noter au passage que ce nom de famille, Demange, et ses déclinaisons sont très courant dans ce département lorrain.

L’incontournable Mémé Angèle est heureusement présente, avec ses délicieux aphorismes en langue corse et sa tendresse naturelle. Soulignons le rôle actif de la médecin légiste Éliane au côté de son compagnon Leoni. Outre l’équipe de policiers, et le cas singulier d’Aglaé Cimonard, on rencontre ici des personnages possédant de vrais caractères. Tels le loueur de gîte et éleveur de canards Frédéric, et la directrice trop soumise Évelyne, ou encore le couple de gendarmes associés à l’affaire. L’écriture nuancée nous permet de capter la nature intime de ces protagonistes.

En toile de fond, c’est du bizness des médicaments (et ses faramineux profits) dont il est question. À la suite du roman, Elena Piacentini explique sa réflexion à ce sujet. Pour élargir le marché, on “crée” de nouvelles maladies ou des problèmes psychologiques pas si avérés. Si la population mondiale est visée commercialement, les enfants sont une cible prioritaire : “Votre enfant se montre agressif ? Il est hyperactif. Il est victime de sautes d’humeur ? Il est bipolaire. Il a du mal à se concentrer pour faire ses devoirs ? Il fait preuve d’un grave déficit d’attention. Les prescriptions de psychotropes s’envolent, alors que les effets à long terme de ces molécules, notamment sur le développement du cerveau, sont mal connus.” Il semble que les méfaits annexes de certains traitements n’entament pas la bonne conscience des industriels de la pharmacie, ni de quelques médecins complices. L’affaire du Mediator en a témoigné. On pourrait qualifier ces milieux de mafias, pour leurs pratiques souvent occultes, ou du moins opaques.

Avec “Des forêts et des âmes”, un suspense d’enquête aussi réussi que les précédents, Elena Piacentini confirme ses qualités de romancière. Récompensée par le Prix Calibre 47 et par le Prix Soleil Noir en 2014, c’est une auteure dont il faut lire tous les livres. »

Merci à Claude Le Nocher d’avoir suivi mon travail depuis ma toute première publication.

Lire l’intégralité de l’article ICI

 

Elena Piacentini et l’exotisme du Nord – Le Monde 5 août 2014

05 août