RSS
 

Un Corse à Lille, c’est moi et c’est réédité !

13 juin


Un corse à Lille - Une enquête du commandant Léoni d'Elena PiacentiniEn 2008, j’arrivais à Lille avec armes et bagages… Mémé Angèle faisait déjà partie du voyage et à la réflexion, il serait plus sage de la ranger dans la catégorie des armes plutôt que dans celle des bagages.

J’ai pris mes quartiers rue Princesse dans le Vieux Lille, le lendemain de la grande braderie.

C’est ce même jour que j’ai fait la connaissance de chacun des membres de mon équipe.

  • Le capitaine Baudoin Vanberghe, mon adjoint débonnaire et gourmand, un gars solide et affable sur lequel on peut compter pourvu qu’il ait le ventre plein. Sucré, salé, l’essentiel est que ce soit livré en grandes quantités ! Simple, discret et fidèle, c’est un homme sur l’épaule duquel je me suis bien des fois reposé.

  • Le capitaine François de Saint-Venant, un professionnel à l’éthique irréprochable qui a troqué sa soutane contre l’uniforme de flic, un interrogateur aussi subtil que tenace. Il faut dire qu’au cours de ses précédentes fonctions il a eu de nombreuses occasions de peaufiner ses talents de confesseur.

  • Le lieutenant Gégoire Parsky, un baroudeur qui a fait le coup de poing en ex-Yougoslavie, enfin, surtout aux dépens d’un général borné ! Question divorce, y compris dans le domaine personnel, on peut dire que c’est un habitué. C’est un gars entier qui n’a pas développé le gène du respect hiérarchique. Un point que nous avons en commun.

  • Le lieutenant Thierry Muissen, un jeune chien fou, une gueule d’ange, bref le chouchou de toutes les dames du central. Un bon élément, même s’il faut parfois le canaliser.

  • Le lieutenant stagiaire Eléanore Martens. Avec ses manières un peu guindées, elle dénote un peu dans cette ambiance masculine. Mais elle a des ressources et de la volonté : elle saura nous surprendre.

  • Et puis, il y a Eliane, Eliane Ducatel. Elle ne fait pas partie de l’équipe. Elle, c’est la légiste. Comment la décrire ? Une force en mouvement, une Perséphone un brin déjantée, des chignons baroques, défiant les lois de l’équilibre, et des décolletés à damner un moine Bouddhiste. Elle est imprévisible et attachante, exaspérante et attirante… Bref, je garde mes distances… Enfin, j’essaye…

 

Si vous voulez en savoir plus sur mes premières enquêtes dans ces contrées septentrionales, si éloignées des ambiances méditerranéennes dans lesquelles j’ai baigné, c’est ICI :

Un corse à Lille - Une enquête du commandant Léoni d'Elena Piacentini

 

Pierre-Arsène Leoni vient d’intégrer la P.J. de Lille, après s’être forgé une réputation de dur à cuire à Marseille. A peine est-il installé qu’une drôle d’affaire se présente : Stanislas Bailleul, chef d’entreprise, a été retrouvé mort dans son bureau après avoir disparu pendant une dizaine de jours. Le tueur a tracé une croix sur le torse de sa victime et dessiné un sourire au marqueur rouge. Cette mise en scène laisse le commandant et ses adjoints perplexes. Stanislas Bailleul ne semblait pas très apprécié de ses employés. Mais quand d’autres chefs d’entreprises sont enlevés, torturés et assassinés, Leoni s’interroge : rackets, crimes mystiques ou règlements de compte ?

 

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire